Pourquoi faire du grec ancien en 3e ?

par Anna BORRAS

Les élèves ont la possibilité de commencer l’étude du grec en 3e. Cet enseignement est ouvert aux élèves latinistes (qui devront faire alors un choix entre le latin et le grec) comme aux élèves n’ayant jamais étudié le latin. Cet enseignements est dispensé selon les mêmes modalités que celui du latin (étude de la langue et des textes alliée à l’étude de la civilisation). Son horaire est de 2h par semaine. Il apporte des points bonus au brevet.
Les cours de langue ont pour premier but de familiariser les élèves avec l’alphabet grec, alphabet toujours employé en Grèce aujourd’hui. Les latinistes ont reçu une petite initiation et les autres élèves se rendront compte qu’ils connaissent déjà un grand nombre de lettres grecques, qu’ils utilisent dans d’autres disciplines (π (pi) en mathématiques, Δ (delta) en mathématiques ou en géographie) ou qui sont très proches des lettres latines (τ = t, κ = k, ι = i). Les élèves apprendront également le fonctionnement de la langue grecque, très proche de la langue latine (les déclinaisons notamment), afin de savoir traduire des phrases simples.
Le programme de civilisation prévoit l’étude de différents thèmes, par exemple l’étude des mythes fondateurs d’Athènes (Thésée), des grandes figures historiques (Léonidas, Périclès, Alexandre), des jeux (Panathénées, Jeux Olympiques), des étapes majeures de l’histoire (guerres médiques, guerre du Péloponnèse)... Les ressources utilisées sont variées : textes de grands auteurs (Platon, Plutarque, Lysias…), vestiges archéologiques, œuvres d’art (peinture, sculpture, cinéma...)...
Ainsi, étudier le grec ancien, c’est pour tous, savoir mieux orthographier la langue française dont certaines « irrégularités » s’expliquent par l’origine grecque de nos mots (ch prononcé « k » car issu du χ (khi) grec), enrichir et mieux comprendre la langue que parlent vos enfants grâce à l’étymologie des apports grecs dans le vocabulaire de la vie quotidienne et de la vie politique, mais aussi dans les langages techniques et scientifiques. C’est également, par la connaissance des oeuvres littéraires et artistiques et des faits historiques de l’Antiquité, et l’attention portée aux traces qu’ils ont laissées, rendre plus compréhensibles les oeuvres qui ont puisé leurs références dans des modèles antiques. Etudier le grec prépare ainsi à la connaissance du programme d’histoire de la classe de seconde générale et technologique et à celle du programme de français des lycées.
Enfin, apprendre le grec après avoir appris le latin permettra aux élèves concernés de réutiliser les connaissances linguistiques acquises en cours de latin et de les réutiliser en grec, dans un nouvel alphabet, un nouveau lexique, une nouvelle culture, et d’entretenir leur curiosité, parfois érodée par une certaine lassitude, grâce à l’air frais qu’apporte la découverte d’une nouvelle langue.
L’étude du grec peut être poursuivie dans certains lycées. Si toutefois le lycée où sera inscrit votre enfant ne propose par cette option, il aura la possibilité de commencer ou de reprendre l’option latin.

Dans la même rubrique