Ratou et le retour du bandit Wader

par Anna BORRAS

Ratou et le retour du bandit Wader

Il y a deux mois environ, un ami appelé Charles, nous avait réunis dans le bar « WinstonCave ». On était tous réunis mais un seul manquait à l’appel : Ratou Houtar.

On entendit frapper à la porte ; Ratou était arrivé. Il était venu avec une sacoche remplie de bric-à-brac. Il sortit un objet particulier : une boussole.

Ratou prit la parole :
« Eh les amis, vous ne devinerez jamais d’où je viens, j’arrive de chez mon oncle qui vit en Bretagne. Là-bas, je suis allé au marché et un marchand m’a parlé d’un sorcier qui habitait à la sortie du village. Peu convaincu qu’il soit vraiment un sorcier, j’ai fait un saut chez lui. Je suis entré dans sa demeure et l’ai vu en train de pratiquer de la magie. Et c’est là que j’ai vu la boussole ; le sorcier m’a expliqué d’où elle venait. Elle appartenait à un criminel qui s’appelait Wadergadenbatchicalogicatalo, surnommé Wader, et qui s’était suicidé car il avait assassiné ses proches qui l’avaient dénoncé à la police.
Le vieux sorcier m’a dit :

  • Et bien mon petit, je vois que tu aimes bien ma boussole ; je veux bien te la donner mais en échange, tu devras me rapporter un nouveau chaudron.
  • J’accepte notre accord !
    Donc je suis allé chez le forgeron du village. Trois jours plus tard, il avait fini le chaudron. Je suis arrivé chez lui pour le récupérer. Ensuite, je l’ai ramené chez le vieux sorcier et nous nous sommes échangé nos objets. Voilà comment j’ai eu cette fameuse boussole. »

Charles, moi et nos amis fîmes la fête toute la soirée. Puis nous rentrâmes chez nous. J’arrivai dans ma maison et posai la boussole dans un tiroir de ma table de chevet, puis j’allumai mon ordinateur pour voir la tête du bandit « Wader ». Il était brun aux yeux bleus avec un teint mat. J’allai me coucher. Je m’endormis et sentis une présence. Je pensai que c’était un courant d’air.

Pendant la nuit, je fus réveillé par un bruit. Je me levai pour voir ce qu’il y avait et je vis une grande silhouette. Je voulus l’interpeller mais je me fis cogner dessus jusqu’à en perdre connaissance.

Le lendemain matin, je repris mes esprits et vis que ma maison était dévastée et que la boussole avait disparu. Je sortis dans la rue pour me plaindre à la police et je me rendis compte qu’une voiture avait percuté un homme. J’allai voir ce qu’il s’était passé ; j’aperçus la boussole qui dépassait de la poche de la personne qui avait été heurtée par la voiture. J’allai voir la tête qu’il avait, il ressemblait parfaitement à la photo du bandit Wader que j’avais vue la veille.

Anthony CORPS et Théau CHOMET