A la rencontre d’un journal intime

par Anna BORRAS

Je m’appelle Léa et j’ai 13 ans. J’ai les yeux marrons, je suis blonde avec les cheveux ondulés. J’aime beaucoup la musique. Je repense souvent à mes vacances, j’aime revoir mes photos-souvenir et le journal dans lequel je décrivais mes journées. 

 Nous étions, mes parents et moi, sur l’île de La Réunion pour trois semaines. Nous habitions dans une petite maison en hauteur, avec vue sur l’Océan Indien, sous une forêt de cocotiers. Nous étions exactement à Saint-Gilles. Je passais la plupart de mes journées à me baigner dans l’océan, à lire et à écouter de la musique.

Un jour, mes parents étaient à la plage et moi j’étais seule, dans cette petite maison, assise sur le canapé. C’est alors que je remarquai un anneau d’argent qui dépassait du plafond. Je ne l’avais jamais vu avant. Je montai sur le canapé et l’observai de plus près. Je le trouvai vieux et décidai de le sortir du plafond. Dans un énorme grincement, une trappe s’ouvrit et une petite échelle se déplia. J’accédai alors à une vaste pièce.

 Le propriétaire ne nous avait jamais parlé de cette pièce. Je me glissai doucement à l’intérieur de cet endroit mystérieux. C’était sombre et humide. J’arrivais à voir ce qui m’entourait. Les murs étaient tapissés de tissus gris et noirs. Le sol et une bibliothèque remplie d’anciens livres étaient couverts de poussière. Il n’y avait aucune fenêtre, mais il y avait quand même de la lumière qui rentrait du salon. Cette bibliothèque m’attirait. Je commençai à examiner les livres.

 C’étaient, pour la plupart, des journaux intimes. J’en pris un. Sa couverture était argentée et décorée de vieux dessins. Je le parcourus rapidement mais du bruit venant de l’extérieur interrompit ma lecture.

 Mes parents revenaient et je redescendis le journal sous le bras et partis le cacher dans ma chambre. Il était bientôt dix-neuf heures, mes parents et moi mangés puis chacun se retira dans sa chambre.

 Le lendemain, je me réveilla tôt ! La première chose que j’avais envie de faire était d’ouvrir ce mystérieux journal. Je découvris enfin l’écriture soignée... 

 " Cher journal, avant-hier, alors que ma gouvernante était sortie, j’étais dans ma chambre en train de lire quand j’entendis un grincement. Je me levai et allai voir ce que c’était mais je ne vis rien. Je décidai de rester dans le salon pour terminer ma lecture. C’est alors que j’aperçus un anneau au plafond. Je pris une chaise pour essayer de l’atteindre. Lorsque je fus à la bonne hauteur, je l’attrapai et le tirai vers moi. Une trappe s’ouvrit et un escalier se déplia. Ma grande curiosité me fit monter, et je découvris une grande bibliothèque. Je ne pus m’empêcher de l’explorer. Je sentis une présence autour de moi, et redescendis de peur.

 Les jours qui suivirent, je retournai dans la bibliothèque. Elle m’attirait, me hantait. J’avais comme besoin d’elle. Je me sentais seule quand je quittais la bibliothèque. "

 Je m’arrêtai dans ma lecture. Je partis dans le salon, montai sur le canapé et en silence ouvris la trappe. Je recommençai et retournai dans la pièce. Je me mis alors à toucher les livres, c’est alors que je sentis la présence dont parlait le journal. Je me sentais comme libre dans cette pièce, je ne voulais plus en sortir. J’étais comme tombée amoureuse, même si ma raison me le déconseillait, je ne l’écoutais plus. A mon tour, j’étais envoûtée, comme prisonnière de cette bibliothèque. 

Elisa et Jeanne