La petite rousse

par Corinne Cavalière

LA PETITE ROUSSE

Il était une fois, un jeune homme vêtu de beaux habits bleus, qui vivait avec une jeune femme aux beaux cheveux noirs qui brillaient. Ils habitaient dans une petite maison près de la forêt.

La femme tomba enceinte, les deux amoureux étaient ravis. Neuf mois plus tard, elle accoucha d’une fille qui était née rousse. Malheureusement, le village n’acceptait pas les roux car les gens disaient qu’ils portaient malheur.

Les parents ne voulaient pas prendre le risque de se faire rejeter par le village. En effet que seraient-ils devenus ? Ils décidèrent donc d’abandonner leur fille chérie. Ils avaient le cœur gros mais ils laissèrent la fillette dans la forêt, dans un petit panier en osier sur un tapis de mousse. Quelques heures plus tard, une grand-mère qui cueillait des champignons tomba sur l’enfant. Elle la trouva belle, et comprit aussitôt en voyant les boucles rousses, que les parents avaient dû se séparer de la petite. Elle se dit qu’elle ne pouvait pas la laisser mourir de froid, de faim. Alors elle l’emmena dans sa petite cabane au fond des bois. Un jour, l’enfant devenue grande, alla chercher des fleurs pour sa grand-mère et elle vit une écurie avec du personnel. Soudain, elle aperçut un jeune homme appelé Peter. Peter était blond aux yeux bleus et était le fils du roi .Elle s’enfuit de peur car elle était rousse. Elle rentra chez elle le soir, ne disant rien de ce qui s’était passé à sa grand-mère. Quelques jours plus tard , elle y retourna car elle voulait revoir les chevaux. Elle rencontra un couple qui lui parût familier. Ils discutèrent et sympathisèrent.

Une autre fois, elle revint à l’écurie et revit le couple. Ils lui avouèrent qu’ils étaient ses parents. La petite rousse était choquée mais elle comprit tout. La grand-mère la surprit avec ses parents, puis le roi arriva dans un carrosse .Les parents dirent à la fille de se cacher. Elle partit en direction de la cabane. Le roi demanda au couple s’ils n’avaient pas vu une rouquine. Ils répondirent non et s’enfuirent dans la forêt. La grand-mère les suivit et ils vécurent heureux tous les quatre dans la cabane jusqu’à la fin de leurs jours.